VALENTIN ET COMPAGNIE

30. MARINE

Marine se hâta de sortir la première du cours de math. Arrivée dans la cour, elle alla se poster près du banc favori des amis de Valentin. Deux par deux ceux-ci arrivèrent, Gilles avec Lucie, Pascal à côté d'Eva, Olivier derrière Margot, Pauline discutant avec Mathilde, Amandine et Quentin protégeant Valentin. Florian émergea le dernier de la porte du couloir des salles de classe. Le voyant, Marine quitta son poste d'observation et se dirigea vers lui.
— Je peux te parler Florian ?
— T'es qui toi d'abord ? On ne me fait pas le coup deux fois, relève tes cheveux et regarde-moi dans les yeux.
Un sourire un peu ironique pointant au coin de sa bouche, la jeune fille tira ses cheveux en arrière comme si elle voulait se coiffer en queue de cheval puis tourna la tête sur sa droite.
— OK, tu es Marine, alors ?
— Je veux simplement te parler, je peux ?
— Tu as une bouche et j'ai deux oreilles.
— Tu n'es pas très engageant.
— Bon, ac... annonce ce que tu veux me dire.
— Je veux te dire tout d'abord que le jour de la rentrée je n'ai pas été très sympa avec toi et je le regrette.
— Oui, bon, c'est oublié. Ensuite ?
— Est-ce que ça te plairait que nous allions au ciné ensemble ?
— Au ciné-village ?
— Non.
— Au multi-vision en ville ?
— Non plus.
Florian se tut. Il avait appris de Valentin que le silence est la meilleure façon de faire parler les autres. Ne voyant rien venir, un peu déçue mais ne le montrant pas, Marine se décida.
— Tu ne vois pas d'autre possibilité ?
Nouveau silence de Florian qui la regarda au fond des yeux, fixement.
— Sais-tu ce que c'est un home-cinéma ?
— Tu me prends pour un gogol ?
— Tu as déjà vu un écran de cent cinq ?
— Tout le monde possède un écran de cent cinq.
— Là je te parle de cent cinq pouces, deux mètres cinquante avec son spatial et tout !
— Ouais, c'est quoi ton film ?
— Au choix, il y en a des dizaines en très haute définition.
— Faut voir, réponse demain, salut !
— Attends, je ne ne t'ai pas tout dit, en fait il y aura aussi ma sœur et elle voudrait qu'un de tes copains vienne avec toi.
— Elle ne peut pas faire ses commissions elle-même ?
— Dans ces cas là, elle est timide, plus que moi.
— S'il s'agit de Valentin, elle perd son temps, elle a manqué l'occasion de sa vie l'an dernier et Val ne repasse pas les plats.
— Ce n'est pas lui.
— Pas Gilles... pas Pascal... pas Olivier... pas Valentin... pas moi... elle veut Quentin ?
— Tu es plus fin qu'on croit.
— Ça veut dire que tu me croyais idiot ?
— Mais non voyons. Tu penses que tu pourrais décider Quentin à venir avec nous ?
— Je n'ai pas encore dit oui. Réponse demain. Les copains m'attendent, salut.

Florian dut patienter jusqu'à midi pour confier la teneur de son entretien à Valentin. Il n'était pas insensible au charme indéniable de Marine mais il avait une impression bizarre, il sentait quelque chose de pas très net dans sa proposition.
— Val, j'ai besoin de tes lumières, j'ai discuté avec Marine...
— J'ai vu, coupa Valentin, ça vous a pris toute le récré.
— Tu sais ce qu'elle veut ?
Selon sa bonne habitude, Valentin sourit et attendit.
— Elle m'invite au ciné ou plutôt à voir une vidéo sur super home-ciné, un truc géant de cent cinq pouces, deux mètres cinquante avec son galactique etc.
Le visage souriant de Valentin redevint sérieux et se figea.
— Tu as l'air bien soucieux tout d'un coup, qu'est-ce que tu as ?
— Je me demande simplement combien vaut un truc comme ça. Attends un peu, je cherche sur internet.
Valentin lança le moteur de recherche de son smartphone et tapa : « TV écran 105 prix » Il fit défiler les résultats. Son visage prit un air stupéfait...
— Oulà, cent vingt mille euros !
— Ben dis donc, ils sont riches les Daucy !
Valentin secoua négativement la tête.
— A ton avis, qui dans le village est assez riche et assez « m'as-tu-vu » pour se payer une configuration pareille ?
Florian garda un instant les yeux dans le vague, signe d'une intense réflexion, puis son visage s'éclaira.
— Non, tu penses que c'est...
Valentin hocha affirmativement la tête.
— J'ai l'impression que ta Marine t'invite au ciné chez les autres, mon vieux !
— Attends, je ne t'ai pas tout dit, elle prétend que sa sœur, que tu connais bien, en pince pour Quentin mais qu'elle est trop timide pour l'inviter elle-même.
Valentin éclata de rire.
— Océane, timide ! Tu en as d'autres comme ça à me sortir ? Réfléchit un peu Flo. Marine te drague alors que, si j'ai bonne mémoire, elle t'a placé un râteau à la rentrée. Océane, soit-disant timide, utilise deux intermédiaires pour contacter quelqu'un qui est pourtant dans sa classe.
— Tu as raison, ce n'est pas clair cette affaire là.
— De toute évidence, elles désirent quelque chose. Elles font partie de la bande à Tony et Machin-Truc et elles veulent sortir avec les deux gars libres de la bande opposée, deux gars costauds physiquement qui plus est. En plus, Marine t'invite à une séance vidéo, mais chez quelqu'un qui est notre ennemi déclaré. Elles voudraient nous affaiblir que je ne serais pas étonné. Imagine que vous fassiez partie de leur équipe Quentin et toi, qu'est-ce qu'on pèserait contre vous ?
— Effectivement. Qu'est-ce que je dois faire alors ?
— Rien ! Enfin aucune initiative. Elles sont demandeuses, laisse les demander. Tu écoutes, tu réfléchis, tu cherches à comprendre le pourquoi de tout ce micmac. Marine est comme sa sœur, elle se croit irrésistible, elle doit penser que tu vas être enthousiaste et que tu vas foncer dans sa proposition. C'est ta réputation de foncer, non ?
— Sûrement. OK, je vais essayer d'être d'une passivité intelligente quand elle va revenir à la charge. A part ça, comment vont tes côtes ?
— Guéries je pense. Je peux rire, respirer à fond, lever les bras. Je vais essayer de reprendre le vélo mercredi. Mais attends encore, une réflexion. As-tu dit à Quentin qu'Océane prétend s'intéresser à lui ?
— Ouais, il est partagé. D'un côté il trouve que c'est flatteur d'être repéré par une jolie fille comme elle mais il m'a dit aussi qu'en plus de deux ans elle ne lui avait jamais adressé la parole. En fait il n'y croit pas même s'il a envie d'y croire.
— Et toi, franchement, tu y crois aux avances de Marine ?
— Moi je crois aux choses simples, franches, sincères. Je pense que je vais laisser tomber.
— Je crois plutôt que tu dois essayer de savoir le pourquoi de tout cela. Tu devrais lui suggérer d'inviter également Olivier, Gilles Bouboule et moi. Propose les noms un par un et note ce qu'elle te dira pour nous refuser. Elle ne pourra pas t'avancer comme argument qu'elle veut être seule avec toi donc elle est coincée de ce côté là. Pour la tester, tu pourrais aussi mettre Mathilde ou Pauline dans la confidence et vous afficher avec elles Quentin et toi en vous arrangeant pour que Marine et Océane vous voient.
— Dis donc Val, tu es aussi tordu que les jumelles !
— Tordu non, retors peut-être. Chat échaudé craint l'eau froide.
— Qu'est-ce que ça veut dire ?
— Un chat qui a mis une patte dans de l'eau bouillante ne mettra plus jamais sa patte dans l'eau, même si elle est froide. J'ai été échaudé par Océane l'an dernier.
— Compris. « Wait and see » comme dit Radissel.